Maghreb : La Caisse Centrale de Garantie (CCG) du MAROC au secours des Start-up

Les Start-up marocaines à l ‘image de leurs homologues des autres pays du monde, éprouvent d’énormes difficultés à se faire financer auprès du système bancaire classique. Bientôt ce serait un mauvais souvenir pour eux car la Caisse Centrale de Garantie marocaine vient de lancer un fonds d’amorçage de 500 millions de Dirhams dédié aux Start-up.

C’est une bonne nouvelle qui devrait réjouir les start-up marocaines. Le fonds d’amorçage des entreprises innovantes vient d’être lancé.
En effet, une convention cadre relative à la gestion du fonds par la Caisse Centrale de Garantie (CCG), a été signée début juillet à Rabat par le ministre de l’économie et des finances Mohamed Boussaid, le ministre de l’enseignement supérieur Lahcen Daoudi, le ministre délégué chargé des petites entreprises et de l’intégration du secteur informel Mamoune Bouhdoud, et M. Hicham Zanati Serghini, directeur général de la CCG.
Baptisé « Innov Invest », ce fonds de 500 millions de dirhams, initié notamment par la Banque mondiale, sera porté principalement par des véhicules de capital-risque public/privé, qui sont créés suite à des appels à manifestation d’intérêt, par la prise de participation dans des fonds existants ou par des co-investissements directs ou indirects avec des réseaux de « Business Angels ».
« Innov Invest » est le fruit d’une approche participative et partenariale qui a permis la conception d’un modèle de financement adapté aux premiers stages d’instrument visant à répondre aux besoins différenciés de chaque étape du cycle de vie de la start-up, du préconcept jusqu’au lancement et la commercialisation des produits », souligne M. Boussaid.
A travers ce fonds, la CCG pourra accompagner les entreprises à chaque étape jugée essentielle pour son développement. En outre, ce fonds intègre les besoins de l’innovation de l’étape pré-amorçage, de la création, et de la phase de croissance de la start-up.
La mise en place du fonds « Innov Invest » s’inscrit dans le cadre d’une stratégie globale des pouvoirs publics visant à promouvoir le financement des start-ups et porteurs de projets innovants.
Dans le détail, « Innov Invest » va permettre de financer quelque 100 entreprises pour la composante « Equity », et environ 300 porteurs de projet pour les composantes « Avances/dettes » et « Assistance technique ». Ce qui aura sans aucun doute des effets positifs sur l’emploi ainsi que des impacts concrets en matière de développement et de la mise en place d’une infrastructure de financement pour les start-ups.
Par ailleurs, les start-ups et les Petites et Moyennes Entreprises (PME) de moins de 5 ans peuvent prétendre à ce financement. Elles doivent en revanche présenter une idée innovante. Aucun ciblage sectoriel n’a été présenté, tous les secteurs sont concernés allant de la technologie, le commerce voire même le secteur agricole.
Dans le même sens, les start-ups doivent présenter un business plan clair, et bien définir leurs objectifs sur le moyen et le long terme.
En définitive, ce fonds d’amorçage tombe à pic, à l’heure où le nombre des start-ups croît rapidement, mais où celles-ci ont du mal pour accéder au financement et maintenir leur équilibre sur le marché. Aujourd’hui, la question de la promotion de l’entreprenariat se situe au cœur de l’action des pouvoirs publics, non seulement pour le rôle crucial qu’elle joue en termes d’emploi mais également dans la promotion de l’innovation et le soutien de la productivité. De ce fait, le développement et la pérennisation d’un vivier plus vaste d’entrepreneurs exige l’existence d’un environnement propice pour mieux développer l’activité entrepreneuriale au Maroc.
La Rédaction




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.