Ecobank a signé de nombreux  partenariats de partage des risques dans le cadre du Mécanisme mondial de financement des PME

Ecobank a signé de nombreux  partenariats de partage des risques dans le cadre du Mécanisme mondial de financement des PME. Les suretés additionnelles lui permettent de toujours augmenter le plafond des crédits aux  PME africaines.

C’est un euphémisme de dire qu’Ecobank est un des plus grands bailleurs des Petites et Moyennes Entreprises (PME) africaines. La Banque a accordé 20% de ses volumes de financements à cette catégorie d’entreprises et ce, en s’appuyant sur le vaste réseau de partenaires ; la structure unique du Mécanisme mondial de financement des PME qui a la capacité de combler plus efficacement le déficit de financement des PME que n’importe quelle institution financière internationale, institution de financement du développement ou  bailleur de fonds,  ne le pourrait tout seul.

La banque panafricaine a placé le financement des PME au cœur de sa stratégie et cible tous les marchés où elle est implantée. A noter que seulement 20% des PME africaines bénéficient d’une ligne de crédit auprès d’une institution financière, en raison notamment de l’absence de garanties.

De manière  continue, la banque panafricaine  s’est engagée  à soutenir les petites et moyennes entreprises en Afrique. Pour Ecobank, leur financement et leur croissance constituent un facteur important du développement du secteur privé en Afrique et de la croissance de nos économies en générale.

A cet effet, elle co-organise annuellement avec le cabinet de recrutement spécialisé AfricSearch et le fonds de garantie African Guarantee Fund l’ « AFRICA SME CHAMPIONS FORUM» qui regroupe à chaque édition pas moins de 300 PME africaines.

Mécanisme mondial de financement des PME

Cette stratégie d’Ecobank est soutenue par les organismes et institutions multilatéraux  qui souhaitent voir lever les obstacles majeurs à la croissance des petites entreprises et au développement en Afrique. Ils ont pour noms : Banque européenne d’investissement(BEI), Banque africaine de développement(BAD) Société Financière Internationale (SFI), Fond africain de garantie(AGF) et autres…Ces derniers ont constaté que ce n’était pas toujours très efficace de financer directement les Pme. Il faut donc mettre en place un mécanisme plus complet pour rentabiliser ce financement.

Ils sont chargés des prêts ou de garanties  des risques  à longue terme,  interviennent ensemble dans de nombreux projets à travers le monde, et ont mis en place un partenariat particulièrement solide dans le cadre d’un  mécanisme  mondial  pour les PME et particulièrement dans  certains pays qui enregistrent  la pauvreté,  le chômage et où les infrastructures sont insuffisantes – toutes choses qui compliquent davantage la tâche des petites entreprises. En effet, le nœud principal  est que les PME africaines font face à un énorme déficit de financement ce qui freine leur croissance et limite leur niveau de participation à l’activité de  création de richesse et d’emplois durables. C’est pourquoi,  ces institutions  s’allient à Ecobank pour aider ces PME, ainsi que les économies africaines, à générer de la croissance et à créer des emplois.

Pour rappel, le Mécanisme mondial de financement des PME est un instrument de financement mixte qui intègre à la fois l’investissement et des services de conseil afin d’aider les banques à toucher plus de PME. Il a été lancé en avril 2012 suite à l’appel du G20 pour combler le déficit de financement des PME qui s’élevait à 1 000 milliards de dollars. C’est un mécanisme véritablement unique, car il mobilise des financements auprès des bailleurs de fonds, des institutions financières internationales et du secteur privé afin d’aider les banques à accroître les prêts aux PME et à couvrir le risque lié auxdits prêts.

 

Déclinaison mondiale de financement des PME

Ecobank déploie  le mécanisme mondial dans les 36 pays où la banque est implantée, de manière spécifique, et  selon les besoins de chaque pays. Autrement dit, elle a réussi à décliner le mécanisme mondial en un mécanisme régional et national en signant des conventions avec les Etats. Le Mécanisme mondial de financement des PME possède une large couverture géographique et couvre tous les pays du portefeuille de l’IDA. Il a déjà des engagements dans 27 pays, dont 15 qui sont classés États fragiles et touchés par des conflits. Il cible les PME qui n’ont pas accès aux financements, y compris les PME appartenant à des femmes, les entreprises agricoles et celles intervenant dans le secteur climatique.

 

Sénégal

Le ministère du Commerce et Ecobank ont signé le vendredi 14 Avril 2017,  une convention pour l’accompagnement des Pme sénégalaises. Dans les termes du partenariat, Ecobank s’engage à collaborer avec les services du ministère pour apporter aux Pme sénégalaises des services financiers spécifiques, adaptés à leurs activités. La banque est aussi prête à collaborer avec les structures officielles d’appui et d’encadrement aux Pme pour la mise en place de programmes de financement spécifiques adaptés aux besoins de cette catégorie d’entreprises qui remplissent les conditions d’éligibilité requises par ses procédures internes. Selon les termes de l’accord,  la banque s’engage également à promouvoir, de concert avec les autres filiales du Groupe, l’expansion et le développement des Pme sénégalaises et leur accès aux autres marchés du réseau bancaire Ecobank

Auparavant, le Fonds de Garantie des Investissements Prioritaires (FONGIP) et Ecobank avaient signé en 2014 une  importante convention de garantie portant  sur un montant initial d’un milliard (1 000 000 000 de f CFA), extensible en fonction des performances, pour relever le défi du financement des PME au Sénégal. Cette convention repose sur  un modèle de partenariat public-privé pour accompagner ce segment du tissu économique local vers l’industrialisation. Souvent rejetées par les banques classiques, en raison du manque d’informations fiables, de l’absence de garantie, entre autres motifs de rejets, les PME se rabattent sur les Institutions de Micro Finance, là aussi avec des offres assez limitées. Cependant, toutes les banques ne sont pas dans le même lot. Alors, vivement l’opérationnalisation dans les meilleurs délais de la convention qui vient d’être signée, comme l’a souhaitée le Ministre sénégalais en charge des PME Monsieur Alioune Sarr.

Congo

Ecobank et la Société Financière Internationale (SFI), filiale de la Banque Mondiale en charge du secteur privé,  ont conclu un accord pour accroître la  capacité d’ecobank  sur le marché congolais d’une part,  et d’autre part, pour permettre à ces deux institutions financières de créer une nouvelle dynamique en vue d’accroître les interventions en faveur des PME congolaises’’,  notamment l’octroi éventuel par Ecobank, de crédits de bétail aux éleveurs, afin de leur permettre d’augmenter facilement leur cheptel.

Niger

Signature d’une convention de garantie entre l’USAID/ Development Crédit Authority et ECOBANK Niger.

Cette convention, d’un montant de 4.000.000 US, soit l’équivalent de 2 milliards de FCFA vise  à renforcer les capacités d’Ecobank à accorder des prêts à des entreprises et des individus opérant dans le secteur des chaines de valeur agricole, à des institutions de micro finance et à des petites et moyennes entreprises (PME) au Niger. La Convention permettra de satisfaire les besoins en financement des PME/PMI les moins dotées en garantie ; de façon  à ce qu’elles participent de façon active, efficiente et croissante au développement économique du Niger.

Cameroun

Ecobank Transnational incorporated (ETI) et la  Société Financière Internationale (SFI) ont signé  un  accord de partenariat de  8 millions de dollars Us (3,6 milliards Fcfa) au profit des pme camerounaises.

Ce partenariat se présente sous plusieurs formes notamment : la mise en place d’un programme de soutien et de développement des petites et moyennes entreprises (Pme),  et la mise en place d’une ligne de garantie pour le financement du commerce extérieur.

Ce partenariat vient ainsi renforcer le dispositif d’accompagnement financier des pme camerounaises, déjà riche d’une banque nationale dédiée au financement des PME.

Gabon

Ecobank et le gouvernement gabonais ont créé, Depuis novembre 2016,  une plateforme dénommée « l’espace PME ».  Cet un espace dédié aux entrepreneurs, artisans et entreprises de l’économie sociale,  à travers lequel le ministère des PME, offre aux opérateurs économiques des sessions de formation et d’accompagnement, organise des échanges en vue de la conclusion de partenariats mutuellement bénéfiques. Ce qui leur permet ainsi d’être outillés afin de répondre plus efficacement à la commande publique et privée. Aussi, l’apport de la banque panafricaine est-elle perçue comme un atout qui permettra aux chefs d’entreprises de mieux s’informer sur les techniques de montage des projets matures et bancables.

Les 55 000 PME que compte le Gabon peuvent déjà trouver à travers cette plateforme, des solutions aux problèmes d’expertise technique, de surface financière, de structuration et d’accès à la commande publique.

 

Pays touchés par les conflits

Ecobank a mis en place un mécanisme de 110 millions de dollars US, pour permettre aux PME du Burundi, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali, du Congo Brazzaville, de la RDC, du Tchad et du Togo d’avoir plus accès aux prêts par le biais des filiales de la banque. Cette facilité fournira, dans une grande mesure aux petites et moyennes entreprises localisées dans les états les plus fragiles et ceux qui émergent d’un conflit, l’accès au financement selon leurs besoins individuels.

 

Ces pays ciblés, indiquent les initiateurs du projet, sont confrontés à une pauvreté extrême et persistante touchant plus de la moitié de leurs populations. À cela s’ajoutent des difficultés socioéconomiques, tels que le chômage, le manque d’infrastructures et un niveau d’insécurité élevé qui entraînent des dysfonctionnements de l’activité économique et entravent l’accès au financement.  Cet environnement difficile exacerbe les défis qui assaillent les PME qui représentent la colonne vertébrale des économies des pays participants,  et  les principaux pourvoyeurs d’emplois. Le mécanisme est conçu pour surmonter les défis liés aux prêts destinés aux petites et moyennes entreprises qui présentent un profil de risque plus élevé dans quelques pays considérés comme les plus pauvres au monde.

Il est donc pertinent de venir soutenir les établissements financiers qui eux, vont donner de l’argent aux Pme. Toutefois, les états doivent améliorer l’environnement des affaires, permettre un accès des structures privées du pays aux financements et la mise sur pied d’une réelle politique de promotion des pme et d’emplois durables.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *