L’Afrique a ses « agrégateurs »  des solutions de  paiements

Deux Start up africaines innovent pour  apporter des solutions uniques et universelles d’agrégation et d’acceptation des multiples moyens de paiement   électroniques utilisés en Afrique. 

Ça bouge dans le monde des transactions  et paiements par cartes, en ligne, par téléphone portable ou smartphone qui  enregistrent  une progression exponentielle en Afrique. Parce que l’Afrique a  désormais ses agrégateurs  des différents types de solutions de paiement offerts par les operateurs présents sur le continent ! Il s’agit du  «guichet unique In touch » développé par la startup sénégalaise In touch SA  et «  WeCashUp, » mise au point par une Fintech camerounaise, Infinity Space. Ces solutions universelles innovantes vont donner une impulsion nouvelle à la diffusion accélérée du paiement par mobile, du paiement en ligne et de la monétique tout en stimulant l’acquisition à moindre coût par les commerçants et sites marchands de ces nouveaux moyens de paiement, ainsi que les activités monétiques réparties entre opérations effectuées à l’étranger, dans l’hôtellerie, le transport, le shopping, la restauration etc. Avec la première solution, les commerçants accepteront davantage  différents types de moyens de paiement de différents operateurs (Wari, Joni Joni, Orange Money…)  avec un seul terminal. Tandis que la deuxième permet aux internautes d’effectuer n’importe quel paiement en ligne avec une seule et même plateforme.

Le « Guichet Unique » met à disposition des réseaux de distribution un terminal unique permettant l’acceptation d’une offre très large de moyens de paiement sécurisés et pratiques (monnaie électronique, cartes privatives et cash) et d’offrir des prestations de service proposées par des tiers (abonnements multimédia, paiement de factures, transfert d’argent, rechargement de cartes, et services bancaires et assurance).

Tandis que WeCashUp, la plate-forme de paiement mobile universelle que développe  depuis trois ans, la  Start UP camerounaise du nom d’ « Infinity Space » ambitionne de devenir le « PayPal africain », du nom du service de paiement en ligne de référence mondiale.

Le potentiel africain

L’Afrique connait des bondissements sans équivalent dans le domaine du numérique (services financiers mobiles, e-commerce, plateforme collaborative) qui vont  transformer rapidement certaines  économies du continent. En effet, 82% du continent africain sont désormais couverts par un service de “Mobile Money”. L’Afrique aujourd’hui concentre à elle seule, 52% des services d’argent mobile dans le monde.  En Afrique subsaharienne, près de 70% des adultes ne disposent pas de comptes bancaires classiques. Pour ces oubliés du système bancaire, seules  deux solutions de paiement (mobile et carte) leur sont  offertes par les opérateurs de téléphonie et les banques. Toutefois, les paiements mobiles dominent largement avec un milliard d’usagers de téléphones mobiles sur le continent, et autant de clients selon les certaines estimations.  Tandis que, 11% des Africains (ensemble du continent) ont accès à l’internet ; l’Afrique représente moins de 5% des utilisateurs internet dans le monde. Toutefois, depuis que le premier service de paiement mobile, utilisant tout type de téléphone sur le marché pour effectuer différentes opérations financières a été lancé en  2007,  on trouve aujourd’hui plus de 2 millions de points offrant ces types de services en Afrique subsaharienne. Pour les oubliés du système bancaire, les transactions financières quotidiennes étaient uniquement effectuées en cash jusqu’au début des années 2000.

Des obstacles de taille sont levés 

In touch SA a conçu une plateforme capable d’interconnecter les systèmes de paiement par mobile des différents opérateurs de télécoms du continent. Tandis que infinity Space a créé une plateforme qui sera  le point d’entrée unique sur le continent africain du reste du  monde  et un instrument de compense  entre les porte-monnaie mobiles des opérateurs de téléphonie et les e-commerçants du monde, pour les transactions transfrontalières transcontinentales. Désormais, un marchand n’est plus obligé de s’équiper d’un terminal par opérateur pour permettre à tous de pouvoir effectuer leurs opérations de paiement, autrement dit, d’avoir plusieurs terminaux, de disposer de comptes auprès de chaque opérateur et d’assurer un suivi de chaque système avec un reporting dispersé et très limité. Les clientèles Africaines en possession d’une carte de paiement et de comptes d’argent mobile, pourront effectuer quotidiennement des achats, notamment par internet et  dans  des points physiques à savoir des boutiques de quartier, des pharmacies, des salons de coiffure, etc.  Ces deux start Up  ont un modèle économique assez classique fondé sur le prélèvement d’une commission sur chaque transaction enregistrée. Elles se rémunèrent en prenant une commission sur les transactions (entre 1% et 4%); et  se concentrent tous deux  sur un modèle d’affaire grand public, combinant en général de la finance avec de l’e-commerce, ce qui les rend plus complets et très puissants.

Un milliard d’usagers de téléphones mobiles en Afrique sont très majoritairement dépourvus de comptes bancaires, et autant de clients de l’une ou l’autre des solutions de paiement mobile offertes par les opérateurs de téléphonie mobile.  Ces deux  aggrégateurs  des paiements  sont donc les bienvenus  car, à l’échelle du continent, hormis la Tanzanie, l’Ouganda et Madagascar, les services de Mobile Money ne sont pas encore interopérables. Cela signifie en fait qu’un client d’un opérateur mobile ne peut effectuer des transactions qu’avec d’autres clients de ce même opérateur.

Toutefois, outre le contexte favorable et leur  modèle économique à  succès, les deux start Up ne pourraient se développer à l’international sans les concours de partenaires ayant un réseau de distribution conséquent  que seules possèdent quelques multinationales. Néanmoins ces deux futurs champions africains vont  permettre  désormais à des millions d’africains en possession de smartphone ou de carte de paiement, d’effectuer en toute quiétude et de façon sécurisée leurs achats, par internet et  dans des points physiques tels que les boutiques de quartier, les pharmacies, les salons de coiffure,  stations services et autres …

Par Bacary Seydi

PmeAfricaines.com




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.