Environnement des affaires dans les pays de l’UEMOA en 2019

Est-ce désormais plus facile de faire des affaires dans les pays de la zone UEMOA, au regard des nombreuses reformes engagées par les Etats respectifs ? Quelques éléments de réponse à cette question nous sont fournis par le dernier rapport de la Banque Mondiale sur le « Doing Business.

Par MATHIEU NDIAYE

Les pays africains continuent donc à « performer » en matière d’amélioration de l’environnement des affaires à en croire le dernier Rapport « Doing Business 2019» qui s’appuie sur les nombreuses réformes mises en œuvre ces dernières années sur le Continent. Ledit  rapport  est   plus ou moins  satisfaisant pour les 8 pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA)  qui sont également  portés par une forte  croissance économique, l’émulation  et le dynamisme de chaque  Etat. Au-delà du nombre des réformes enregistrées d’une année à une autre, il est loisible de constater que la majorité des pays reste encore à la traîne sur plusieurs indicateurs et surtout, chaque année apporte son lot de nouveaux « réformateurs du monde ». On est donc en droit de se demander s’il est désormais plus facile de faire des affaires dans les pays de la zone ? On devrait pouvoir répondre par l’affirmative au travers des  constats suivants : le cadre législatif et réglementaire de l’union et l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA), donnent aux huit Etats membres (le Benin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo) une  marge de manœuvre dans  l’adoption des législations et autres textes réglementaires. Les économies ouest africaines ont enregistré des progrès significatifs. Les résultats obtenus cette année  dans le cadre du « Doing Business 2019» et les statistiques de la zone   prouvent que le business a de beaux jours dans nombre de ces économies. Selon la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), la tendance favorable du climat des affaires dans les pays de l’UEMOA se poursuit et l’indicateur du climat des affaires dans l’Union s’est ainsi établi à 100,2 points en décembre 2018 contre 99,4 points en novembre 2018, soit un accroissement de 0,8 point. Cet indicateur se situant ainsi au-dessus de sa tendance de long terme qui est de 100 points, montre clairement l’engagement dont font preuve les pouvoirs publics dans de nombreuses économies, petites ou grandes, pour aider l’entrepreneuriat et l’entreprise privée.

Aussi, autorités et  institutions de l’UEMOA travaillent d’arrache pied pour améliorer l’environnement des affaires en vue de le rendre plus attractif pour les investisseurs  ou de maintenir  une attractivité suffisante auprès des investisseurs. La zone monétaire  UEMOA  veut créer un nouveau cadre des investissements. Pour ce faire, certaines dispositions des codes des investissements et des codes miniers devraient être modifiées. Et, les pouvoirs publics devraient procéder à la mise en place d’un écosystème, d’une gouvernance, de dispositifs de prospection et d’accompagnement. A terme, l’idée est de simplifier et de renforcer l’accompagnement des investisseurs. Cette refonte devrait permettre de mobiliser de façon optimale des ressources du secteur privé dont la contribution à la mise en œuvre des Plans nationaux  de développement (PND) est encore faible.

Place des pays  de l’UEMOA dans le « Doing Business  »

La zone compte deux des 10 économies les plus réformatrices dans le  rapport  « Doing Business » 2019: le Togo et la Côte d’Ivoire et la zone monétaire tente de rattraper son retard. La côte d’ivoire occupe le peloton de tête au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine  (UEMOA). Elle se hisse devant le Togo (137è), le Sénégal (141è), le Niger (143è), le Mali (145è), le Burkina Faso (151è), le Bénin  (153è) et la Guinée-Bissau (175è). Cependant, à titre de comparaison, cinq pays de la zone avancent tandis que les trois  autres  reculent. C’est ainsi que  la Côte d’Ivoire qui figure parmi les 10 pays les plus réformateurs de la 16eme édition du rapport de la Banque mondiale, enregistre une progression de 17 places. Le Niger gagne une place par rapport à l’année dernière. Une légère progression rendue possible grâce à la facilité de création d’entreprise et l’amélioration du climat local des affaires. De même que la Guinée-Bissau qui passe de la 176e à 175e place et gagne une place tout de même malgré sa situation sociopolitique désastreuse. Le Mali occupe la 25ème place en Afrique et  enregistre un nouveau record dans la réduction des lourdeurs administratives pour le secteur privé constatée dans plusieurs pays.  Le Togo, 2e  dans l’UEMOA, figure dans le nouveau classement, parmi les 10 économies qui se sont le plus améliorées, le seul pays africain  avec la plus grande progression en termes de places gagnées et qui a faitun bond de 19 places par rapport au classement 2018 où il occupait la 156ème place mondiale. Le Sénégal a perdu une place dans le rapport DB/2019 par rapport à sa position de l’année précédente où il occupait le 140rang et avait intégré le club des 5 pays les plus réformateurs de l’Afrique subsaharienne. Le Bénin perd deux places au niveau mondial et 3 places dans la zone Afrique par rapport au classement de l’année dernière. Le Burkina Faso a perdu en deux années consécutives, 5 places dont  2 places entre juin 2016 et juin 2017 et 3 places entre juin 2017 et juin 2018.

Cependant, la cuvée 2019 relève certaines disparités qui, parfois, relèvent d’un véritable paradoxe si l’on tient compte des tailles des économies, de leurs dynamiques de croissance ainsi que des autres facteurs de compétitivité. Mais, quoi qu’il en soit  l’UEMOA fait mieux que la zone CEMAC, une zone où l’environnement des affaires laisse vraiment à désirer. On retrouve le Cameroun (166e), qui est pourtant la première puissance économique d’Afrique centrale, le Gabon (169e), le  Congo (180e). Ainsi, alors que la Côte d’ivoire se pointe à la  122e place,  le Mali se positionne à la 145e place, juste derrière le Niger qui est 143e.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.