L’UEMOA lance une Initiative Régionale d’Amélioration du Climat des Affaires

Les autorités de l’UEMOA ont acté  une Initiative Régionale d’Amélioration du Climat des Affaires pour inciter les huit pays membres à progresser dans le classement du « Doing Business ».

Par MATHIEU NDIAYE

Comme pour anticiper sur le classement  des pays  membres  de l’union dans  le   rapport « Doing Business »2020,  les ministres de l’UEMOA ont adopté, le 27 septembre 2019 à Ouagadougou,  l’Initiative Régionale d’Amélioration du Climat des Affaires (IRCA). Selon le communiqué officiel de cette rencontre, Il s’agit plus spécifiquement de « promouvoir l’entreprenariat, d’accroître la compétitivité des entreprises et  de stimuler les investissements privés dans l’espace UEMOA».  Certaines disparités et des paradoxes sont bien perceptibles au sein de  l’UEMOA  compte tenu des  différences dans  la  taille des économies de la zone, la  dynamique de croissance  de chaque pays, ainsi que d’autres facteurs de compétitivité. Mais, quoi qu’il en soit,  chaque pays fait de son mieux et ou est invité à faire progresser ses indicateurs Doing Business. S’améliorer, faire mieux en matière de réformes ! La  zone compte deux pays (le Togo et la Côte d’Ivoire) parmi les 10 économies les plus réformatrices dans le  rapport « Doing Business »2020.  Le pays de Faure Eyadema est le  seul pays ouest africain  dans la shortlist des 20 meilleurs réformateurs mondiaux du   rapport à venir.

L’Afrique est devenue la destination privilégiée des investissements internationaux. C’est pourquoi, les  pays africains  se montrent de plus en plus offensif en matière de réformes et  on note çà et là de nombreuses  percées  significatives dans plusieurs rapports annuels  dont  le Doing business, l’ Indice Mo Ibrahim,  et le MCC, qui révèlent que le climat des affaires  global du continent ne cesse de s’améliorer par rapport à certains critères. Notons que ces deniers servent à déterminer le rang de chaque pays au niveau mondial  mais également de suivre les progrès des économies africaines et de les comparer à ceux des autres pays.

Pour le  « Doing Business » dans les années à venir, certains pays de  la zone monétaire  doivent tenter de rattraper leur retard car, les ministres de l’Union ont acté la volonté d’accélérer le processus d’amélioration du climat des affaires dans la zone communautaire de manière générale et dans chacun des huit Etats.

Ayant  saisi les enjeux de l’indice de performance du « doing business »,  les autorités de l’union veulent pousser les Etats membres à initier des réformes économiques, fiscales et juridiques conformément aux dispositions  de l’OHADA et des conventions internationales.  Le TOGO  et la Côte d‘ivoire  dans une moindre mesure, semblent  les meilleurs élèves de l’UEMOA. L’accélération de  l’amélioration du climat des affaires  combinée à la mobilisation des ressources intérieures  peut attirer les investissements privés nationaux et internationaux, y compris les partenariats public-privé (PPP) et le capital investissement dans la zone UEMOA. Elle peut  améliorer le financement du développement et l’essor économique et social des États.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.