Dakar accueille la cinquième conférence internationale sur la finance verte en Afrique.

Après la Zambie (mars 2017), le Kenya (juin 2017), le Ghana (novembre 2017) et la Côte d’Ivoire (juin 2018), c’est au tour de Dakar d’abriter le 03  décembre 2019, la Conférence internationale sur la finance verte organisée à l’initiative d’African Garantee Fund ( AGF) en partenariat avec  le Fonds Nordique de Développement (NDF).

La  5ème édition de la Conférence Internationale sur la Finance Verte  prévue le 3 décembre 2019 à l’hôtel Radisson Blu Hôtel de Dakar est une réponse de l’African Guarantee Fund (AGF) et du Fonds Nordique de Développement (NDF) aux défis du changement climatique dans le cadre des contributions déterminées au niveau national (NDC).  L’objectif de la rencontre est de fournir aux pays africains une expertise renforcée dans la recherche de financements pour un développement sobre en carbone.

Trois panels de haut niveau sont prévus pour traiter du thème retenu cette année : « Promouvoir la finance verte pour une croissance durable en Afrique ».

En effet, les besoins en investissement de l’action climatique sont estimés à environ 12 400 milliards de francs CFA à l’horizon 2030. Ces investissements sont essentiels à l’atteinte des objectifs à long terme de l’Accord de Paris sur le climat et des Objectifs de Développement Durable. 

Cette édition-ci servira ainsi  de plateforme pour les régulateurs pour d’une part explorer les politiques, les stratégies émergentes et les avancées réalisées dans le domaine de la finance inclusive et étudier la contribution que ces politiques devraient apporter à l’action climatique mondiale, et d’autre part pour échanger autour de la contribution du secteur financier et de la finance inclusive à la lutte contre les effets du changement climatique.

De même, les  actions menées par les partenaires du développement (nationaux et multilatéraux) en faveur des PME dans le cadre de la finance verte inclusive en vue de renforcer leur  résilience et atténuer l’impact de l’urgence climatique seront examinées.

Aussi, la rencontre  analysera les opportunités de financements verts et proposera un ensemble de solutions visant à combler le besoin de financement des PME dans l’acquisition de la technologie capable d’atténuer les effets du changement climatique.

L’opportunité sera ainsi offerte aux participants de partager  de manière pratique  avec toutes les parties prenantes sur les financements verts, les opportunités existantes dans le secteur public comme privé,  comment les saisir, et mieux encore, comment ouvrir des couloirs de produits verts dans les services offerts par les banques sans oublier comment accompagner les porteurs de projets verts.

Les représentants de PME innovantes du secteur de l’économie verte comme l’eau et l’assainissement, le solaire à usage agricole, le recyclage de déchets entre autres,  viendront partager leurs expériences pendant les travaux. Un Panel réunissant les PME vertes et les institutions de financement est consacré au thème « Croissance durable en Afrique : Témoignages des acteurs sur les succès et difficultés rencontrés ».

La Conférence a  fini par  de devenir le lieu de rendez-vous de tout le gotha de la finance africaine : institutions financières locales, représentants de gouvernements et d’autorités de régulation, organisations internationales et institutions financières régionales et multilatérales de financement du développement, les Petites et Moyennes Entreprises (PME) et  les représentants de leurs organisations, les structures d’appui technique et financier des PME, les membres de la communauté académique et praticiens du développement durable. Ainsi, elle se déroulera en présence d’experts de la finance internationale et de l’écologie.

En marge de la Conférence, un séminaire de renforcement de capacités technique des banques et institutions locales sera organisé du 04 au 06 Décembre 2019 à l’Hôtel Neptune de Saly afin de les aider à jouer un rôle majeur dans le financement de projets verts  portés par les PME. Il est attendu de ce séminaire qui s’adresse aux directeurs généraux de banques ou d’IMF, aux managers de fonds, aux  directeurs d’exploitation, aux  directeurs du crédit, aux  directeurs des risques, aux analystes et de chargés d’affaires, une meilleure compréhension des risques, enjeux et opportunités liés aux  changements climatiques et au financement de l’action climatique. Il leur permettra en particulier de pouvoir identifier les flux financiers de financement relatifs aux changements climatiques, d’identifier et de pouvoir gérer les risques inhérents au financement des énergies renouvelables entre autre attentes.

Par Latyr Dieng




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.