NN

INTERVIEW DU DIRECTEUR EXECUTIF DE l’UNACOIS YEESSAL, MONSIEUR ALLA DIENG

Alla Dieng, Directeur Executif UNACOIS YEESSAL

L’UNACOIS YEESSAL  célèbre le Samedi 14 Décembre 2019 à l’Hôtel King Fadh Palace de Dakar le 30ème anniversaire de l’UNACOIS originelle (l’Union Nationale des Commerçants et Industriels du  Sénégal).  Le comité d’organisation  est à pieds d’œuvre  pour faire les derniers réglages afin d’assurer un plein succès à l’événement.  Une occasion saisie par la rédaction de Pme Africaines pour s’entretenir avec Monsieur Alla DIENG, le Directeur Exécutif de l’UNACOIS YEESSAL  sur le bien fondé de cette célébration.

Propos recueillis par Bacary SEYDI

«  L’évènement sera une occasion de nous remobiliser pour les futurs enjeux du développement de notre pays. »

   Pme Africaines : L’UNACOIS YEESSAL s’apprête à célébrer le 30ème anniversaire de    L’UNACOIS originelle. Pourriez-vous revenir sur le sens de cet événement ?

Alla DIENG : Trente ans, ce sont trois décennies ! Un âge mature, un âge de raison. Le sens de cet évènement est multiple et légitime à plusieurs niveaux. C’est pourquoi, nous voulons en faire une manifestation inédite. D’abord, ce sera l’occasion de nous souvenir des membres fondateurs disparus entre-temps, notamment le premier président El Hadji Dame Ndiaye, Moustapha Sakho, Ahmadou Sow, Adjia Daba Sourang et tant d’autres. Une cérémonie de prières et d’hommage leur sera rendue. Leurs familles seront honorées pour services rendus à l’organisation et à la communauté.

Leurs œuvres seront magnifiées et des distinctions à titre posthume seront attribuées, lors du dîner de Gala, à des personnalités qui ont marqué le monde économique sénégalais telles Moktar Sow, Aîda Ndiaye Bada Lô, Aliou Sow, Ameth Amar, Sidy Lamine Niass, pour qu’ils servent d’exemples aux générations actuelles et futures. Lors de notre dernier Gala en 2017, vous vous souvenez, c’était El Hadji Dame Ndiaye, El Hadji Babacar Kébé dit « Ndiouga », El Hadji Bara Mboup et Mamadou Lamine Niang, ancien président de la Chambre de commerce de Dakar. 

Ensuite ce sera un moment d’introspection, d’évaluation et de bilan par rapport à l’histoire de du plus grand mouvement économique du Sénégal qu’est l’UNACOIS.

Enfin, ce sera forcément un moment pour poser de nouveaux jalons par rapport à son avenir et l’avenir de notre économie qui est aujourd’hui à la croisée des chemins.

Comment se passe les préparatifs ?

Tout se passe à merveille. Il y a un Comité d’organisation, composé d’hommes et de femmes d’expériences, qui est mis sur place par le bureau national. Il est à pied d’œuvre pour une parfaite réussite de l’évènement.

Nous célébrons ces trente années d’existence avec nos partenaires de tous les jours. L’évènement sera une occasion de nous remobiliser pour les futurs enjeux du développement de notre pays.

Qu’est qui est inscrit au menu du programme de l’événement ?

Cérémonies de prière, conférence sur la genèse du mouvement, remises de dons à des couches vulnérables de notre société, octroi de bourses à des étudiants, remises de distinctions « LES BAOBABS DE L’ECONOMIE », animation culturelle…

Lors des conférences et allocutions, un bilan-introspection, comme je l’ai dit tantôt, ne sera pas oublié pour savoir d’où l’on vient et où devons-nous aller par rapport aux mutations de l’économie sénégalaise, africaine et mondiale en cours !

Quels sont les résultats attendus ?

Enormément de choses, au risque de me répéter, par rapport à la nouvelle donne. Le monde bouge et il bouge vite. Nous devons nous adapter et ce sera par une réflexion profonde sans complaisance. Nous devons rectifier par rapport aux errements passés et ce ne sera pas facile. Nous avons perdu du temps et beaucoup d’énergie à cause des différentes crises traversées. Nous devons nous refaire pour retrouver une partie de notre crédibilité. Je suis persuadé qu’il y aura un nouvel élan !

Sans vouloir anticiper sur vos travaux, mais avec le recul, et tenant compte des différentes péripéties qu’a connues l’UNACOIS, quel bilan peut-on tirer de cette expérience sénégalaise de regroupement d’opérateurs économiques et d’industriels ?

Un bilan satisfaisant, mais qui pouvait être plus luisant. L’UNACOIS est née dans un contexte particulier, c’était lors de la période des ajustements structurels. Aujourd’hui, nous sommes dans la période de transformation structurelle de notre économie. Cela veut dire qu’il y avait un combat de revendication et de bras de fer, présentement, nous devons créer des solutions pour le développement par la formation, l’initiative privée audacieuse, l’obligation de résultats probants…Nous devons créer des emplois, produire, distribuer, exporter….

Qu’est-ce qui peut être considéré comme étant un apport ou changement particulier que l’UNACOIS YEESSAL a ajouté à cet important lègue que les ainées ont laissé en place ?

Ça, ce sont les membres et l’opinion d’une manière générale qui peuvent faire ce bilan. En tant que responsable et initiateur de beaucoup d’activités, si j’en parle, certains diront que je tire la couverture sur moi. Dans tous les cas, nous n’avons jamais croisés les bras et la commémoration de ce trentenaire en est une preuve patente.

L’UNACOIS originelle a donné naissance à plusieurs entités après son éclatement. L’heure n’est –elle pas venue de réunir toute la grande famille pour se mettre ensemble et faire face à de nouveaux défis comme l’exacerbation de la concurrence, l’ouverture des marchés, la poussée d’entreprises étrangères dans la grande distribution etc.

Pour ce qui concerne la réunification, personne ne la rejette, mais pour nous, elle nous trouvera, si elle doit avoir lieu, en pleins chantiers. On ne se focalise pas dessus et on ne l’attend nullement en faisant du sur- place. Quant à la concurrence, c’est notre économie qui l’impose. Nous devons nous bagarrer et ne pas aussi fermer les yeux sur l’évolution du monde. Nous devons avoir l’humilité d’apprendre des autres sans nous fixer des limites cependant. Nous avons beaucoup de défis à relever et nous ferons le maximum.

 En dehors de l’événement, sur quoi travaille l’UNACOIS YEESSAL présentement en termes de projets et chantiers ?

Il est hors de question de tout dévoiler. Nous avons des projets avec l’Etat, avec des partenaires privés sénégalais, mais aussi étrangers. Une attention particulière sera accordée à la formation, à l’encadrement et aux renforcements de capacités de nos principaux responsables. Qu’il s’agisse de ceux de la capitale que des autres treize régions du pays. Les femmes qui évoluent surtout dans les domaines de la transformation des produits agricoles et halieutiques seront privilégiées. Et notre cellule départementale de Mbour sera prise comme exemple à suivre.

Nous renforcerons nos partenariats sur l’international avec nos amis russes, italiens (où un bureau économique est ouvert à Milan, capitale de la Lombardie), chinois, polonais, canadiens, maintenant dubaîotes et demain, coréens de Séoul. Des projets sérieux, concernant différents secteurs d’activités sont ficelés et débuteront certainement en 2020 s’il plait au Bon Dieu, Notre Seigneur !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.