Cérémonie de lancement du Programme de renforcement de capacités de la CEPEM

C’est en pleine période de pandémie du Covid-16 que la Ville de Dakar, la Ville de Montréal, l’AIMF, et l’École des  Entrepreneurs du Québec (EEQ) ont procédé au lancement officiel du Projet de renforcement de capacités de la Couveuse d’Entreprise pour la Promotion de l’Emploi par la Micro-entreprise de la Ville de Dakar (CEPEM), grâce à la magie des technologies de l’information et de la communication.

La cérémonie de lancement virtuel du projet de renforcement de capacités de la CEPEM a réuni le mercredi 27 Mai 2020 plus d’une centaine de participants des quatre coins de l’espace francophone et notamment des entrepreneurs, à travers un Webinaire. La forte volonté des autorités de la ville de Dakar de lancer ce projet et l’engagement des partenaires techniques et financiers de la CEPEM à le soutenir,  ont eu raison sur la pandémie du Covid 19. En effet, grâce à la magie des technologies de l’information et de la communication, toutes les activités inscrites au Programme de lancement, ont pu être déroulées sans problème: les allocutions des autorités de la ville de Dakar et de la ville  de Montréal, celles du secrétaire permanent  de  l‘AIMF et du Directeur Général de  l’EEQ ont été  suivies d’une projection de film sur la CEPEM, de la présentation de la CEPEM par son Président et  des témoignages d’entrepreneurs de la 1re promotion de la CEPEM et du représentant des partenaires techniques et financiers locaux.

Ce lancement virtuel du Projet de renforcement de capacités de la CEPEM fait suite à la signature récente d’une  convention de partenariat entre la Ville de DAKAR et l’école des entrepreneurs du Québec, dans le cadre de la convention de partenariat qui existe entre la ville de Dakar et la  ville de Montréal depuis 2015. Le partenariat entre la ville de Dakar et l’EEQ comprend trois volets : la formation du personnel de la couveuse, la formation des entrepreneurs, et un volet financier.  L’initiative qui bénéficie du soutien financier de l’AIMF permettra à terme, de promouvoir l’entreprenariat auprès de milliers de jeunes et plus particulièrement auprès des femmes  qui veulent démarrer une activité économique en créant leurs emplois par la création d’une entreprise.

Il est aujourd’hui admis, l’existence d’un lien très fort entre d’une part l’amélioration des compétences de gestion de l’entrepreneur et l’augmentation de la productivité de l’entreprise d’autre part.

D’après le Directeur de l’EEQ M. Michel Fortin, une étude canadienne récente a révélé que « quand le pourcentage des compétences en gestion augmente d’un point ( 1) les probabilités de hauts rendements  grimpent de 3% ». Par conséquent, poursuit M. Fortin, « les entrepreneurs devraient considérer le développement de leurs compétences comme un investissement dans le succès de leurs entreprises ». Dès lors, « tout territoire devrait considérer le renforcement du développement de compétences de ses entrepreneurs comme un investissement » recommande le Directeur général de l’EEQ qui demeure convaincu que cette initiative permettra de bonifier le processus d’accompagnement de la CEPEM. C’est là toute la portée de ce Projet de renforcement de capacités de la CEPEM.

« Une collaboration qui trace la voie à plusieurs autres villes de l’espace francophone »

L’initiative permettra à la CEPEM de bénéficier de la longue et riche expérience d’accompagnement d’entrepreneurs de l’EEQ,  et d’une expertise reconnue en la matière et transférée dans plus de 18 pays. « Avec Plus de 35 ans  d’expériences et plus de 50 000 entrepreneurs formés, l’EEQ a développé des outils adaptés aux enjeux et aux spécificités des entrepreneurs, dans le renforcement de leurs compétences pour maxi

miser leurs chances de succès en aval », a souligné M. Fortin.  L’EEQ se dit très heureuse de pouvoir partager son expertise dans la formation et l’accompagnement des entrepreneurs et de conseillers formateurs, au service du développement économique et entrepreneurial.

Du coté de la Ville de Dakar, ce projet arrive à son heure. En effet, Madame Soham El Wardini Maire de la Ville de Dakar qui prenait part à la  rencontre, situe l’importance de cette initiative dans  l’existence d’une forte demande d’accompagnement de jeunes entrepreneurs et la nécessité d’assurer  le passage à l’échelle de la CEPEM. Le succès de la première promotion de la couveuse d’entreprise a eu comme conséquence d’augmenter le nombre de candidats qui viennent frapper à la porte de la CEPEM a expliqué Mme Wardini.  Elle  a rappelé le lancement récent de la deuxième  cohorte de 50 entrepreneurs qui vont être formés en ligne après une première  cohorte de  40 jeunes et  a assuré que l’aide reçue de l’AIMF va être utilisée à bon escient. Celle que ses collaborateurs appellent affectueusement  la « Maman » de la CEPEM, a magnifié ce bel élan de solidarité et de mobilisation des partenaires techniques et financiers  autour du projet dans le but d’accompagner les  jeunes entrepreneurs dakarois,  les former à avoir un métier et à voler de leurs propres ailes. Elle a cependant regretté de ne pas pouvoir organiser une grande cérémonie de lancement du projet à Dakar, à la   dimension du succès de la première promotion de la CEPEM. « La pandémie nous oblige à le faire en virtuelle » a-t-elle regretté.

Pour Monsieur Pierre Baillet Secrétaire Permanent de l’AIMF, « ce lancement est une initiative emblématique de la coopération francophone pour accompagner la dynamique entrepreneuriale des populations. Elle  marque l’engagement de la ville de Dakar dans l’accompagnement de l’entreprenariat ».

Pour lui, l’initiative apporte en outre une visibilité certaine au partenariat  Montréal-Dakar, et traduit de façon concrète, le  type de  partenariat qui peut être développé entre villes francophones dans le cadre du soutien à l’entreprenariat et dans un souci permanent de rapprochement. 

Le Directeur du bureau des relations internationales de la Ville de Montréal, Monsieur Henri Paul Normandin venu représenter Mme la Mairesse de la ville de Montréal empêchée, abondera dans le même sens.  Pour M. Normandin, cette initiative est  « un très bel exemple de ce que nous souhaitons faire dans l’axe Dakar-AIMF-Montréal et au sein de la grande famille francophone. »  Il a vivement remercié l’AIMF pour son rôle de « rassembleur et de facilitateur »,  et réitéré l’engagement et le soutien de la Ville de Montréal au projet.

Monsieur Mourade Dieye Gueye, le Président de la CEPEM est revenu dans la présentation de la couveuse sur l’histoire de sa mise en place, son mode de fonctionnement et sur la spécificité de son intervention qui réside en particulier dans  un accompagnement pendant et après la période que l’entrepreneur passe à la CEPEM.  Il est également revenu sur l’écosystème de partenaires techniques et financier locaux qui accompagnent la CEPEM. Il a saisi l’occasion pour rendre un hommage mérité à l’ex maire de la Ville de Dakar, monsieur  Khalifa Ababacar Sall qui a « porté en bandoulière ce projet   pour lui permettre de bénéficier de l’accompagnement technique, administratif et financier nécessaire de l’AIMF qui a mis a contribution la Ville de Marseille. Il a enfin remercié l’ensemble des partenaires techniques et financiers  de la CEPEM et  l’actuelle maire de la Ville de Dakar,  Madame Soham El Wardini pour son soutien indéfectible  à la couveuse et la pression qu’elle leur met pour faire passer l’effectif à 100 jeunes entrepreneurs par promotion. « Elle croit à ce projet et nous incite à trouver des partenaires pour enrôler le plus de jeunes entrepreneurs et faire face comme elle a dit à la forte demande ». La Directrice exécutive de la CEPEM  Madame Aminata Diop Samb a insisté dans son intervention sur la nécessité de pérennisation de  cet instrument de génération de véritables entrepreneurs et de création d’emplois qu’est devenue la couveuse d’entreprise. Madame  Samb a  remercié l’ensemble des partenaires qui accompagnent la CEPEM, et l’équipe de la CEPEM constituée majoritairement de femmes à la suite des remerciements qui leur sont adressés par le Président de la CEPEM.

Les participants ont beaucoup apprécié cette activité pleine de chaleur et empreinte de fraternité quoique virtuelle,  et ont exprimé le souhait que cette collaboration trace la voie à plusieurs autres villes de l’espace francophone.

Par Bacary SEYDI




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.