[Covid-19 et PME : Programme Spécial]

 Un Rapport d’une agence de notation craint un gap financier énorme pour les PME de la Zone UEMOA

Le dernier rapport sur « L’impact du covid-19 sur les PME en zone UEMOA »,  produit par l’agence de notation financière Bloomfield Investment prévoit un gap considérable  de financement des PME malgré les mesures prises par les pouvoirs publics et les autorités monétaires pour soutenir leurs économies. (Par la rédaction)

Selon l’agence Ecofin qui donne l’information, le rapport fait remarquer qu’étant particulièrement menacées par les effets de la pandémie de Covid-19, les PME/ PMI de la zone risquent désormais d’avoir un accès plus réduit au crédit. En effet, constituant l’essentiel du tissu économique des pays de la zone et comptant pour l’essentiel de la main-d’œuvre, les PME/PMI sont fortement exposées à la baisse de l’activité.  La concentration de l’activité économique dans les capitales amplifie la situation dans un contexte où les principaux foyers de contamination y sont enregistrés.

A cela s’ajoutent les difficultés intrinsèques déjà existantes des PME/PMI (persistance des problèmes de financement, accès limité aux marchés publics, faible productivité, faible intégration aux chaines de valeur nationales et internationales).

Parmi ces PME, celles qui ont été nouvellement créées grâce aux facilités prévues par l’amélioration de l’environnement des affaires sont fortement menacées, réduisant ainsi leur probabilité de survie.

Toutefois, l’ampleur des chocs sur les PME/PMI pourrait différer selon les secteurs. Ainsi, les plus directement touchées et qui ont enregistré un arrêt brutal sont : les activités d’hôtellerie, de restauration, du divertissement, des transports, et le commerce spécialisé (quincaillerie, textile, etc.).

Malgré les mesures de soutien des pouvoirs publics des pays de la zone UEMOA et celles prises par la BCEAO en vue de favoriser la disponibilité de liquidité pour les banques pour faciliter l’accompagnement du secteur privé, leur impact sur les PME/PMI reste encore sujet à caution.

En effet, relève l’agence de notation, la concentration de l’encours de crédits des banques dans certains secteurs fortement exposés les conduira à plus de prudence. Cette situation entrainera dès lors une forte sélectivité dans l’accompagnement des entreprises de façon générale et particulièrement des PME/PMI.

Le rapport soutient par ailleurs que la reprise ne se fera pas de façon simultanée pour tous les secteurs de l’économie. Elle prendra du temps, et devra être impulsée principalement par la commande publique, la dynamique d’investissement des grandes entreprises et le maintien de l’activité des PME. L’absence de confinement total contribuera à faciliter cette dynamique. Les consultations doivent se tenir pour envisager les différents scénarios relativement à la durée de la crise et la réponse à y apporter.

L’absence de plan de sortie pourrait multiplier le taux de mortalité des entreprises, comparativement à d’autres crises.

Source : Agence Ecofin




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.