Dakar, l’apothéose de la campagne de promotion du livre de Reckya Madougou : “Soigner les certitudes”

Par la Rédaction

L’Afrique a la possibilité d’aller de l’avant. Le changement de paradigmes est fort possible. C’est la conviction livrée samedi dernier à Dakar par l’auteur de l’ouvrage « Soigner les certitudes : Dialectique d’inclusion et du minimum humain en Afrique », Mme Reckya Madougou, ancien ministre du Bénin lors de la présentation de son ouvrage au Sénégal sous forme de conférence au Radisson Blu.

Mme Reckya Madougou a convié à cette occasion les africains « à revisiter nos certitudes » devant une salle de conférence comble et rehaussée par la présence de ministres de la république, d’autorités de la ville de Dakar, de responsables et pensionnaires de la couveuse d’entreprise pour la promotion de l’emploi par la micro-entreprise (Cepem), des membres de la communauté béninoise de Dakar, pour ne citer que ces personnes. Il a été surtout évoqué lors de la conférence de la place centrale de l’homme dans l’entreprenariat et l’auto-emploi pour un développement de l’Afrique. L’auteure de l’ouvrage de dire qu’il est indispensable de miser sur l’éducation et la formation, l’autonomisation et le leadership pour gagner le combat de l’entreprenariat. Dakar qui est l’apothéose d’un tour qu’elle a déjà effectué au Bénin, au Togo, en Côte d’Ivoire à la rencontre des leaders a permis une nouvelle à l’auteure de dire ses certitudes et cette foi qui l’anime sur les questions du développement notamment la citoyenneté économique et la spiritualité de l’effort qui garantissent le succès de tout entrepreneur.

Le choix de Dakar pour présenter son œuvre à une importance capitale, car précise-t-elle, il lui permet de côtoyer des personnalités de premier plan comme Macky Sall qui est un des visionnaires de l’Afrique dans le cadre de la formation, de la création de la croissance, et de la mise en œuvre des mécanismes qui permettent la juste redistribution à travers le Plan Sénégal émergent. Le choix porté sur le Sénégal s’explique par le fait que le Bénin tout comme le Sénégal, appartiennent au même espace économique. Enfin termine-t-elle, Reckya Madougou revendique son appartenance à la famille des Traoré de l’empire Sonraï.

Préfacier de son ouvrage, le président Macky Sall a été représenté à la présentation de l’ouvrage par son ministre conseiller chargé des Arts et de la Culture, El Hadj Hamidou Kassé. Il a réitèré au nom du président ses vives félicitations à l’auteure pour avoir commis un livre audacieux, rafraîchissant et résolument optimiste. « On le sait, un livre, s’il est bon, est toujours une offrande, une grâce, un moment de joie multipliée. Une fête », a commenté Macky Sall. Lecteur attentif, guetteur du mot et de la phrase qui ont du sens, le Président Macky Sall, souligne El Hadj Hamidou Kassé, a trouvé dans l’écho clair de ce livre ses propres préoccupations au quotidien: mettre l’humain au coeur du développement, en faire son point de départ et sa finalité.

Capital humain au cœur du développement

Dans sa vision, son projet de société, son programme et les politiques publiques qu’il a définies, la notion de capital humain est, en effet, le principal point d’articulation. D’où les affinités électives avec le propos de Madame Reckya Madougou admirablement résumé dans le titre global de l’ouvrage: Soigner les certitudes: Dialectique d’inclusion et du minimum humain en Afrique.

Cette place centrale de l’humain dans l’ordre de priorité des politiques publiques s’illustre dans le Plan Sénégal Emergent dont l’axe stratégique 2 est dédié au Capital humain. C’est ainsi qu’il faut saisir le sens de cette exhortation du Président Sall pendant que l’humanité entière endure la crise sanitaire du nouveau coronavirus: “Il est temps de travailler ensemble à l’avènement d’un nouvel ordre mondial qui met l’humain au coeur des relations internationales, un ordre mondial qui postule surtout un nouvel état d’esprit qui reconnait que toutes les cultures et toutes les civilisations sont d’égale dignité; et qu’il ne saurait y avoir de centre civilisationnel supérieur qui dicterait aux autres la façon d’être et d’agir“.

On comprend, ainsi, l’intérêt du préfacier pour ce livre de Reckya Madougou écrit avec un ton percutant, tantôt nerveux, tantôt calme mais toujours mesuré et lucide, alliant une fine observation des réalités que nos pays partagent et des propositions constructives. L’auteure, toujours selon les propos de Macky Sall, a compris, en effet, que la critique est vaine si elle ne débouche pas sur un énoncé affirmatif et constructif.

Le ministre d’Etat, Ismaïla Madior Fall a intervenu pour légitimer la posture de l’auteure qui a été ministre de la Justice, puis ministre chargé de la micro-entreprise au Bénin. « Vous avez la légitimité, le leadership, la compétence, des qualités qui vous permettent d’apporter votre contribution dans le secteur de l’entreprenariat », commente-t-il. Sur l’ouvrage, le ministre d’Etat Ismaïla Madior Fall a souligné la dimension philosophique de l’œuvre qui invite à changer de paradigme sur la question de l’entreprenariat. « L’ouvrage est un guide pour l’action. On y trouve des conseils, des recettes pour aider les femmes et les jeunes à s’en sortir.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.