CMGP et  Delta irrigation ambitionnent de revolutionner la  culture irriguée au Sénégal

CMGP Sénégal, filiale du Groupe CMGP basé au Maroc et  spécialisé dans les systèmes d’irrigation modernes et son partenaire local sénégalais, la société Delta Irrigation,  ont convié à Dakar le jeudi 12 Mai, les acteurs institutionnels et privés de l’écosystème  agricole sénégalais autour d’un atelier d’échanges et de  partage sur les problématiques liées au développement de systèmes d’irrigation modernes dans une perspective d’autosuffisance et de sécurité alimentaire pour le Sénégal en cette période  de relance post-covid 19 qui a fini d’endommager des chaines entières d’approvisionnement mondiales de produits  alimentaires.

Par Bacary SEYDI

L’atelier a permis d’apprécier lacontribution que CMGP CAS, un leader sous régional des systèmes d’irrigation pourrait apporter à l’émergence d’une irrigation moderne au Sénégal  à travers l’alliance de sa filiale sénégalaise CMGP Sénégal à Delta Irrigation, un leader local dans le domaine de l’irrigation. 

L’Atelier d’échanges et de partage qui s’est tenu à l’Hôtel Radisson Blu  a enregistré la présence de plusieurs agences et structures publiques sénégalaises dédiées à l’agriculture parmi lesquelles on peut citer : l’Agence Nationale pour l’Insertion des jeunes et le Développement Agricole (ANIDA), l’Agence Nationale pour la Grande Muraille verte,  l’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA), l’Agence Sénégalaise de Normalisation (ASN), ainsi que les acteurs du secteur financier tels que l’IFC, la Délégation à l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ), la Banque Nationale de Développement Economique (BNDE), AMSA ASSURANCE. Etaient également présents des hommes d’affaires actifs dans l’agrobusiness ainsi que des représentants d’agriculteurs et de producteurs maraichers comme la Fédération Nationale des producteurs maraichers des Niayes).

L’atelier a été rehaussé de la présence de   M. Moamah  Youssef PDG du Groupe CMGP, du Directeur du  développement Afrique du Groupe CMGP, Monsieur Christian Nouboue, de Jean Pierre Chapeau Ex DG Delta Irrigation, du Directeur Général de Delta Irrigation, M. Bruno Demulder entre autres personnalités. Les agents de CMGP Sénégal et ceux de Delta étaient également présents.

 Il a permis de présenter le Groupe CMGP CAS dans son organisation,  ses métiers et offres de produits et services, et de décliner ses ambitions au Sénégal.

Les panélistes ont pu  revisiter quasiment l’ensemble des  contraintes auxquelles fait face le Sénégal en matière de développement de systèmes d’irrigation modernes et de  recueillir les préoccupations des parties prenantes. L’atelier a aussi servi de cadre pour identifier et recueillir  les besoins spécifiques des agriculteurs et de leurs structures d’appui en vue de proposer des solutions durables et performantes.

Justifiant sa décision d’investir au Sénégal qui remonte à dix ans après une première visite de 72 heures pour voir  comment se portait l’écosystème agricole au Sénégal, le PDG du Groupe  CMGP CAS Monsieur Moamah Youssef a fait savoir que  « le Sénégal est pour les marocains leur deuxième pays. Ce n’est pas une simple formule ; c’est un vrai sentiment  et je pense que cela est réciproque pour les Sénégalais qui viennent au Maroc». Poursuivant, M. Youssef   n’a pas caché ses ambitions pour le Sénégal. « Je peux vous dire qu’on a  beaucoup d’ambitions pour CMGP au Sénégal et nous voulons contribuer au développement de l’écosystème agricole et de la  production agricole », a souligné le Patron de CMGP. Pour lui cet événement se veut un  lieu d’échange avec l’écosystème agricole sénégalais pour mettre en place la dynamique  permettant de réaliser ces ambitions.

« Apporter la meilleure expertise internationale et les meilleures connaissances pour l’Afrique » 

 A la suite du PDG de CMGP, il revenait à Monsieur Christian Nouboue le Directeur du développement Afrique de présenter  le groupe CMGP  et ses ambitions au Sénégal. Il a saisis l’occasion pour  montrer l’importance de la maitrise de l’eau pour atteindre l’émergence,  et relever les barrières à l’irrigation moderne au Sénégal. Le Directeur du Développement Afrique du Groupe a surtout insisté sur la contribution de la CMGP CAS à l’émergence d’une irrigation moderne dans ses zones d’implantation. A en croire M. NOUBOUE, le groupe traverse une étape clé au Sénégal. En effet, sa filiale CMGP Sénégal vient de nouer une alliance stratégique avec un leader local de l’irrigation au Sénégal, Delta Irrigation qui a une présence de 20 ans au Sénégal. L’alliance promet de contribuer fortement à la modernisation des systemes d’irrigation agricoles au Sénégal. Il est attendu de l’union des forces, des expériences et expertises plurielles, de participer à l’atteinte des objectifs de développement agricole déclinés dans les différents référentiels de politique économique et social du pays notamment : le Plan Sénégal Emergent (PSE), et sa déclinaison actuelle le PAP2A). Pour le moment, l’irrigation gravitaire est la plus utilisée et concerne 120 000 Ha.

Le groupe  CMGP est  une entreprise fondée  par Moamah Youssef au Maroc qui comprend deux divisions : une division irrigation avec plus de 25 ans d’expérience et d’expertise  de CMGP et une division distribution.  La combinaison des deux divisions permet au groupe de se positionner comme un Groupe leader dans le domaine de l’irrigation dans la sous région. Au Maroc, il apporte  des solutions aux problématiques de mobilisation  efficaces de l’eau  pour des usages agricoles.  Ce sont des problématiques analogues à celles  auxquelles fait face le Sénégal comme l’a souligne M. Nouboue.

Pour adresser ces problématiques, les activités du groupe reposent sur trois  piliers :

–       une expertise en irrigation pour les grands projets et les projets  complexes notamment les projets portés par les  grandes  exploitations. Avec plus de 35 ingénieurs en service ;

–       une  division distribution d’équipements et de matériels d’irrigation. « On s’insère dans l’économie agricole  pour créer des opportunités, et créer des expertises à travers des agences dédiées et des centres de distribution de nos produits » dira Monsieur Nouboue. Les agences portent des stocks  de matériels d’irrigation et d’équipements pour les  installations d’unités de panneaux solaires photovoltaïques,  en plus d’un mini bureau d’étude capable d’apporter une expertise. C’est la partie pivot du Groupe.   Ce sont les centres de distribution des installations de systèmes d’irrigation. Au Sénégal l’agence de Diamniadio  dispose en permanence des équipements et   matériels d’irrigation en stock suffisant, et d’une expertise en ingénierie des systèmes d’irrigation. L’agence fait la  promotion des talents locaux mixés avec l’expertise internationale.

–       la production de produits utiles et intéressants qui permettent d’améliorer l’accessibilité aux agriculteurs. En plus de mobiliser de l’expertise internationale, le groupe compte trois usines de production d’équipements et accessoires d’irrigation en Europe, au Maroc et prochainement, ce sera  en Afrique.

Le groupe CMGP, c’est aussi un  écosystème de revendeurs formés et des centres de distribution qui démultiplient  le capital du groupe et son expertise. En 25 ans, cela a permis d’équiper 170 000 ha en systèmes d’irrigation modernes au Maroc et en Afrique. Il opère au niveau du standing international.

Son ambition selon le Directeur Afrique, « c’est d’apporter la meilleure expertise internationale et les meilleures connaissances pour l’Afrique ».

La gamme de produits et services de  CMGP CAS comprend les offres l’énergie solaire photovoltaïque. Au Maroc des accords d’achats d’énergie photovoltaïque  sont conclus avec les compagnies d’électricité.  L’expertise du groupe est élargie au génie civil, en construction de  bassins de  filtrage,  en système d’irrigation par aspersion, en installation de  pivot entre autres.

Le groupe travaille avec quasiment   tous les partenaires leaders mondiaux  pour offrir des solutions complètes d’irrigation  qui intègrent  toute la chaine de valeur. Ce qui permet à CMGP  de se positionner  comme  un Groupe   leader  avec plus de deux milles références.

L’accompagnement des investisseurs fait également partie de l’activité du Groupe. Ils sont  accompagnés à mieux   formuler leurs projets, à réaliser des études de sols et des études topographiques etc, A cela il faut ajouter sans  l’accompagnement de l’agriculteur au quotidien et l’agrofourniture. L’agrofourniture sera déployée au Sénégal  promettent les dirigeants de CMGP (fourniture d’engrais, de  produits phytosanitaires, de  semences etc.)

Comment le Groupe CMGP CAS  peut-il aider le Sénégal à aller vers l’émergence de systèmes d’irrigation modernes   ?

La politique agricole du Sénégal  fait focus sur le Programme d’autosuffisance alimentaire et la sécurité alimentaire. Elle se heurte cependant  à deux defis majeurs : l’augmentation de la productivité et l’augmentation des rendements. Pour adresser ce défi, la promotion des systèmes de production  durables, résilientes et  plus compétitifs représente un enjeu de taille. L’irrigation  de précision permet de doubler voire tripler les  rendements   en améliorant et en sécurisant la base productive d’une part, et l’accessibilité des semences et engrais d’autre part.

De nombreux points critiques subsistent encore pour le Sénégal d’aller vers l’émergence de systèmes d’irrigation modernes. Le Sénégal n’a pas assez  de ressources financières ni assez de compétences  dans le domaine de l’irrigation moderne mais a assez d’eau au sol et en sous sol. Il s’y pratique une trentaine de cultures principales dont 21 bénéficient de l’irrigation avec un impact conséquent : le maraichage (oignon, tomates, laitues, courgettes etc.) et les cultures industrielles comme la canne à sucre.

Les contraintes principales auxquelles le  Sénégal fait face en matière de développement de la culture irriguée s’appellent : déficit de compétences, accès difficile des agriculteurs au financement des actifs de  longs termes, par conséquent,  de leurs projets d’’irrigation notamment pour les petits exploitants qui ont des superficies de 2 à 3 ha etc. Ces derniers  ont toutes les peines du monde pour bénéficier d’un financement approprié,  étalé sur plusieurs campagnes. A cela s’ajoute le caractère informel des acteurs qui nécessite du suivi et  leur formation. La dominance du secteur informel  pose le problème du prix des  intrants et équipements agricoles (18% de TVA  sur les produits faussent la croissance).

La question de la disponibilité du foncier pose des difficultés d’accès persistantes ; ce qui pose  à son tour d’autres problèmes notamment celui de la qualité des exploitations, et de leur taille critique qui détermine  le choix de certaines types d’irrigation.

Face  à ces contraintes, le Groupe CMGP CAS, à travers CMGP Sénégal et son partenaire Delta Irrigation, est engagé à apporter  des solutions sur mesure  de dernière génération,  parfaitement adaptées au contexte sénégalais  et aux différents types d’exploitation. L’alliance apporte des réponses à la mobilisation des eaux. Les connaissances agronomiques du Groupe, combinées à l’expérience de terrain de son partenaire local, Delta irrigation,  permettent de choisir l’irrigation qui apporte un plus.

Pour ce qui concerne le déficit de  compétences, CMGP Sénégal  peut compter sur les 25 ans d’expériences du Groupe CMGP CAS pour aider le Sénégal à progresser.

Relativement à  la problématique du financement,  le Groupe CMGP CAS  peut mettre à profit son niveau de capitalisation. CMGP CAS est un groupe assez capitalisé qui permet la disponibilité en permanence du Stock au niveau de ses filiales.

C’est aussi des solutions de financement qui mettent à disposition du matériel  aux petits exploitants à un prix intéressant. Du matériel de qualité permet de faire baisser les pertes de rendement, et d’éviter des campagnes échouées et des difficultés financières.

Une forte capitalisation peut aider à accompagner les  partenaires locaux notamment les distributeurs et revendeurs et faciliter l’accès des petits agriculteurs aux produits.

Des discussions sont aussi en cours  avec des partenaires financiers pour mobiliser de nouveaux instruments de financement pour les agriculteurs. Il s’agit  pour le Groupe CMGP de construire des systèmes qui apportent des voies  de financements.  Une des solutions pour la qualité, c’est l’apport de matériels de qualité qui a un impact sur les rendements, la productivité  et la  rentabilité du business.

Le Groupe a une vision africaine adaptée aux différents pays, aux différentes conditions agro écologiques et besoins agronomiques pour proposer des solutions sur mesure.

Le réseau de distribution est dans quelques zones certes  mais l’idée selon les responsables du Groupe, c’est d’améliorer l’accessibilité des produits et matériels avec du matériel produit sur place.

L’irrigation est une composante mais  CMGP apporte des réponses aux besoins en conseil des producteurs en plus des semences, des produits phytosanitaires et intrants divers ; ce qui le positionne comme un acteur qui apporte un accompagnement complet pour tous les acteurs. Différentes techniques d’irrigation sont proposées  qui vont du  « goutte à goutte », aux systèmes pivots,  aux serres, à l’irrigation par aspersion.

Des solutions innovantes aux nombreuses préoccupations des acteurs.

La présentation de M. Nouboue n’a pas manqué de susciter plusieurs réactions de la part des participants. En effet, en dehors des contraintes identifiées par les responsables de  CMGP, les participants ont à leur tour fait part d’un certain nombre de préoccupations. Les panelistes ont été interpelés sur plusieurs sujets.

Existe-t-il une expérience d’installation de systèmes d’irrigation  pour la riziculture au Sénégal ? Quelle irrigation pour les petits producteurs qui ont des exploitations de 2 ha 1 ha ? CMGP produit-elle  des semences qui pourraient être adaptées au Sénégal comme les petits poids et raisins en phase d’expérimentation?

L’irrigation par aspersion  fait face à une contrainte principale ; c’est les mauvaises herbes. Existent-ils des Solutions proposées par CMGP?

Quelles solutions pour la question de l’accès des producteurs au financement de leurs projets d’irrigation ? Quelles solutions de financement innovantes propose le Groupe CMGP ? Quid de la question de la salinisation des sols ?

Pour Massaer Nguer,  chercheur à l’ISRA,  l’Etat du Sénégal est résolument orienté vers la sécurité alimentaire et le développement de variétés de riz. La priorité de l’Etat, c’est la sécurité alimentaire et l’autosuffisance alimentaire. « Nous avons des  problèmes avec le goutte à goutte, les rongeurs nous fatiguent . Par ailleurs, le fer et le calcaire empêchent par ailleurs de réussir le goutte à goutte dans la zone des Niayes et le plateau de Thiès».

Le président  de la fédération  des producteurs maraichers des Niayes (6000 HA  exploitées) par la fédération a pour sa part  exprimé des besoins essentiels en énergie solaire pour l’irrigation dans la zone des Niayes.   

Les réponses apportées par les dirigeants de CMGP et de Delta Irrigation  ont permis de lever un coin du voile sur les solutions innovantes proposées par le tandem Groupe  CMGP CAS et son partenaire local Delta Irrigation.

Il est ressorti des réponses apportées par les dirigeants de CMGP qu’il n’y a pas encore de projet dans la riziculture mais  le groupe a un  projet de construction de stations de pompage dans le nord du Sénégal avec des solutions solaires.

Pour  l’irrigation sur la zone de plateau, « on sait produire du riz avec les systèmes d’irrigation que nous proposons, la question, c’est la rentabilité comparée à l’importation  de riz…. »,  a précisé le PDG de CMGP CAS.

Des solutions de déminéralisation de l’eau existent pour faire face à la salinisation des sols. Il reste la question du coût.  C’est la question principale.

Pour ce qui concerne les terrains avec une topographie accidentée, des solutions existent. Il s’agit d’utiliser des « goutteurs autorégulants » pour ces terrains. Les terrains accidentés pour certaines cultures peuvent être des opportunités intéressantes.

Sur les petites superficies (250 m2, 5 000m2, 10 000 m2) des Kits d’irrigation sont proposées mais la question de financement reste un grand défi.   La question du financement comporte deux volets (taille de production, capacité de chaque agriculteur à payer le Kit). Des financements plus sophistiqués doivent être envisagés. Il peut  s’agir du microcrédit par exemple.

Le représentant de la Société financière Internationale (SFI) a assuré que des solutions de financement existent notamment avec le leasing pratiqué par plusieurs partenaires financiers locaux de la SFI. Par ailleurs,la BNDE, La Banque Agricole (LBA), tout comme l’UM PAMECAS qui a un programme d’appui à la petite irrigation, sont fortement engagées dans le soutien aux exploitants agricoles. Il faut juste que  les projets qui leur sont soumis soient basés sur des modèles d’affaires cohérents.

La BNDE à travers la voie de Mme Sarr responsable en charge de la CVA à la BNDE se dit disponible pour accompagner les projets d’irrigation portés par les agriculteurs sénégalais.  La BNDE a mis en place un dispositif avec un Département spécifique pour le financement agricole. Mme  Sarr la responsable en charge du financement des Chaines de valeurs a  informé qu’au  Sénégal, 70% des PME évoluent dans le secteur agricole. La Banque propose des produits d’inclusion financière  grâce à des lignes de financement de la BAD,  de la BOAD, et Mastercard.

Moussa Ndiaye le Directeur commercial d’AMSA Assurance, un partenaire majeur de la BNDE a  fait savoir l’engagement du Groupe dans le financement de l’économie en tant qu’actionnaire de la BNDE et partenaire dans la LBA. Estimant que  « les assureurs doivent s’engager à fond  dans cette dynamique », M. Ndiaye a manifesté l’ouverture d’AMSA Assurance et sa disponibilité à accompagner cette dynamique.

Toujours sur la question de l’accès des producteurs au financement de leurs projets, la représentante de la DER se veut optimiste. Mme Ndiaye gestionnaire de Portefeuille à la DER a fait part du Projet d’appui à la valorisation des initiatives entrepreneuriales  financées avec le soutien de la BAD. Elle a annoncee qu’il  est prévu dans le cadre de ce projet,  des virements directs permettant de financer des équipements sur la base de factures présentées par les demandeurs. Plus de 100 projets ANIDA/ DER ont été financés (financement de leurs BFR).

Cependant elle s’est dessolée du fait que les producteurs ignorent les solutions proposées par le Groupe CMGP. « Les producteurs ne vous connaissent pas encore. La question, c’est quelles méthodes utilisées pour une meilleure visibilité nationale de vos solutions. » Selon elle, la solution, c’est l’engagement des parties prenantes, la participation à des salons et foras. C’est également l’implication des médias, des distributeurs et revendeurs.

Concernant la question de l’accessibilité et de la disponibilité des solutions d’irrigation, il est apparu dans les discussions que l’idéal, c’est de disposer d’un rayon d’approvisionnement de 10 km au  maximum pour les petits exploitants qui ont  2 ha et 1 ha de superficie.

Pour ce qui a trait à l’introduction de nouvelles semences, le Groupe CMGP travaille avec des partenaires leaders comme Syngenta et avec les institutions de recherche.

Des semences hybrides  sont développées au Maroc.

Sur la question du désherbage des fermes qui utilisent le système d’irrigation par aspersion, l’expérimenté Jean Pierre Chapeau,  de Delta irrigation a suggéré le désherbage mécanique plus le désherbage chimique.  Il recommande en outre «d’associer les cultures  et l’arboriculture. Cela permet d’améliorer les rendements de 15 %2 ». «  Planter des arbres ». Il entrevoie de belles perspectives de développement de ces partenariats.

Des difficultés de faire des fermes agricoles dans la zone de Fatick ont été signalées. Beaucoup de fermes sont à l’arrêt à cause de la salinisation des sols ? Sur ce sujet, il a été annoncé le lancement au Maroc d’un département de déminéralisation (osmose inversée).

La question de  l’entretien et de la maintenance des installations  a aussi été au menu des discussions pour  souligner le déficit de techniciens.

Un espoir est né à l’annonce d’un projet d’unité de maintenance avec un service dédié à la maintenance  dans la zone Nord de Saint-Louis.

Le représentant de l’Agence sénégalaise pour la Grande Muraille verte  a souligné l’engagement de l’agence pour l’intégration de l’arbre dans les aménagements agricoles et prône une approche communautaire pour faire des agriculteurs des entrepreneurs agricoles.

Quand au représentant de l’Agence Sénégalaise de Normalisation ASN, il a déploré l’absence de normes de spécifications nationales  pour ce qui concerne le domaine de l’irrigation et proposé la définition de normes au niveau nationale. Il a informé de l’existence d’une exonération de TVA pour l’équipement solaire.

Latyr Faye le Directeur  Technique de Domaine Agricole Communautaire (DAC) a informé  de l’existence d’une exonération de TVA sur les équipements solaires.

Le système d’irrigation pivots est celui qui est utilisé dans le DAC de SEFA en zone sud du pays  et deux pivots à Keur Momar Sarr selon M. FAYE, qui regrette cependant qu’il n’y a pas assez de technicité pour ce qui concerne les pivots au Sénégal.

Quelles solutions de maintenance et de renforcement de capacités pour les services après vente. A cette  question, les responsables de CMGP ont indiqué que des sessions de formation en maintenance des systèmes d’irrigation sont proposées en ligne avec  des outils de formation en ligne pour maintenir le niveau de compétences.

Babacar Ndiaye d’ANIDA a fait lui un vibrant témoignage sur Delta Irrigation partenaire de CMGP Sénégal. A l’en croire, le Sénégal était déjà demandeur de systèmes d’irrigation modernes. «Moi, je suis sur la commande publique mais l’irrigation fait défaut. Notre première ferme a été équipée par DELTA irrigation à Ngomene sur 50 ha. C’est ainsi que plus d’une dizaine de fermes ont été réalisées. Nous louons votre expertise et toute cette démarche d’innovation continue de votre activité (solaire plus semences etc) ». Convaincu que l’union  CMGP Sénégal et Delta Irrigation  sera une union passionnante, il a assuré que l’ANIDA y trouvera son compte et qu’elle a  encore du long chemin à faire ensemble avec le tandem.  Et pour preuve, le basculement généralisé au niveau d’ANIDA pour le mix énergétique est en cours (47 fermes sont en train d’être solarisées).

Se voulant très optimiste, il a loué le processus de mutation en cours qui fait que l’entreprisse CMGP est aussi devenue  un bureau d’étude.

On peut dire en fin de compte que l’atelier qui a réuni des acteurs clefs de l’écosystème agricole sénégalais a été un moment d’échange et de partage de très haut niveau qui laisse entrevoir de très belles perspectives pour l’émergence d’une agriculture irriguée moderne.  Différents angles sont couverts par les discussions de qualité. Au terme de l’atelier, il convient de retenir quatre messages forts :

–       Le Groupe CMGP leader de l’accompagnement agricole au Maroc et dans la sous-région  a une expertise plurielle.

–       Le groupe à de grandes ambitions pour le Sénégal qui dispose d’une vision institutionnelle de développement agricole mais fait également face à de nombreux defis ;

–       Le rapprochement CMGP et Delta Irrigation permet d’être leader ensemble ;

–       Le groupe CMGP CAS  ne fait pas tout ; il  a des distributeurs et revendeurs qui sont accompagnés pour donner le meilleure d’eux-mêmes.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.