Lancement du Fonds pour l’impact des femmes africaines avec un engagement de 60 millions de dollars pour créer un environnement d’investissement inclusif

La Commission économique pour l’Afrique (CEA) et le Standard Bank Group, avec le soutien de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), des Fonds de retraite de l’industrie automobile (MIRF) et du Fonds de pension Copartes et de la Commission de l’Union africaine (CUA), ont annoncé la réalisation par l’Initiative du Fonds d’impact pour les femmes africaines (AWIF) de son premier engagement de 60 millions de dollars.

L’annonce a été faite lors de la première édition de la Global Africa Business Initiative, qui s’est tenue pendant la semaine de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

L’existence de stéréotypes sexistes et de préjugés raciaux dans la société a des effets néfastes à l’échelle mondiale. Cela est vrai dans l’espace d’investissement où ces préjugés entravent l’entrepreneuriat féminin, la nomination de femmes à des postes de direction et l’autonomisation des gestionnaires de fonds féminins. Sur les 69,1 billions de dollars des actifs financiers sous gestion à l’échelle mondiale, moins de 1,3 % sont gérés par des femmes et des personnes de couleur. Il est de plus en plus alarmant de constater que seulement 7 % des fonds de capital-investissement et de capital-risque sont alloués à des entreprises dirigées par des femmes dans les marchés émergents.

L’objectif principal de l’Initiative AWIF est de surmonter les obstacles systémiques et les préjugés des investisseurs dans le secteur de la gestion d’actifs, en permettant et en promouvant des fonds appartenant à des femmes et dirigés par des femmes sur le continent africain.
L’AWIF est une initiative de la Commission économique de l’Afrique (CEA) avec ses partenaires : ONU Femmes, le Bureau de l’Envoyée spéciale pour les femmes, la paix et la sécurité de la Commission de l’Union africaine et le Réseau des femmes africaines dirigeantes. Il a été créé en collaboration avec le standard bank group en tant que sponsor principal, MiDA Advisors en tant que conseiller stratégique clé et RisCura en tant que gestionnaire de placements et fournisseur de services de développement et de soutien aux gestionnaires.

L’Initiative a un double programme visant à avoir un impact commercial pour les investisseurs tout en donnant aux femmes leaders financières les moyens de stimuler la croissance en Afrique. Avec une ambition audacieuse de lever jusqu’à 1 milliard de dollars sur 10 ans pour les femmes gestionnaires de fonds, qui investiront à leur tour dans des secteurs et des projets à fort impact à travers l’Afrique, cette initiative unique en son genre est bien positionnée pour permettre une relance économique grâce à des opportunités de croissance du capital durables et inclusives pour les femmes.
Le Standard Bank Group considère l’égalité des sexes à la fois comme un droit humain fondamental et un impératif commercial. Lindeka Dzedze, Global Markets Head: Partenariats stratégiques chez Standard Bank et président du Comité exécutif de l’AWIF explique : « Sans l’autonomisation économique des femmes, la vision d’augmenter la production financière de l’Afrique ne peut pas être réalisée. Comprenant cela, Standard Bank soutient l’initiative AWIF visant à rehausser le profil des fonds établis appartenant à des femmes et gérés par des femmes qui participent aux marchés cotés et privés, ainsi qu’à la dette privée à court terme

Preuve de cet engagement, le Standard Bank Group a annoncé aujourd’hui à la Global Africa Business Initiative que 60 millions de dollars seront alloués à l’Initiative AWIF pour accélérer ses ambitions à long terme.
Malcolm Fair, président-directeur général de RisCura, explique : « Nous pensons qu’investir avec des gestionnaires d’actifs dirigés par des femmes favorise l’autonomisation des femmes dans l’ensemble de la société. Avec 20 ans d’expérience dans le soutien de gestionnaires d’investissement diversifiés et en démarrage sur le continent africain, nous sommes ravis de gérer les investissements du Fonds d’impact des femmes africaines et de poursuivre le voyage de l’autonomisation. »Il ajoute : « L’engagement des institutions africaines envers l’Initiative AWIF nous aide à attirer des investisseurs institutionnels mondiaux potentiels lors de la prochaine campagne de collecte de fonds. »

L’engagement initial de 60 millions de dollars envers l’Initiative comprend 15 millions de dollars de BADEA et 45 millions de dollars des fonds de retraite de l’industrie automobile (MIRF) et du fonds de pension Copartes en Afrique du Sud. MirF et Copartes ont convenu d’apporter leurs 45 millions de dollars d’actifs récemment alloués au développement de femmes gestionnaires de fonds en Afrique du Sud dans le cadre de l’initiative AWIF.

Adam Essat, responsable principal du MIRF et de copartes, explique : « Grâce à notre engagement initial de 45 millions de dollars dans l’Initiative AWIF, nous espérons montrer que les institutions du continent africain croient en cette Initiative et ses objectifs et la soutiennent. Nous encourageons les investisseurs mondiaux à agir et à investir à nos côtés pour faciliter la diversité, le développement et l’autonomisation dans une Afrique brillante et imparable. »

Ces fonds fourniront des capitaux aux femmes propriétaires et gestionnaires de fonds existantes dans différentes classes d’actifs et régions africaines. Dr. Sidi Ould TAH Directeur Général de BADEA déclare : « Je crois que ce fonds accélérera la collecte de fonds et l’allocation du capital par les femmes gestionnaires de fonds à un niveau de transformation. C’est grâce à des initiatives de freinage des obstacles comme celles-ci qu’ensemble, nous pouvons créer un environnement d’investissement durable et évolutif qui stimule une croissance inclusive pour tous ceux qui vivent en Afrique. »

En outre, il donnera à l’Initiative AWIF la capacité de faire un grand pas en avant dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) 5 et 8 des Nations Unies, qui ciblent l’égalité des sexes, le travail décent et la croissance économique, ainsi que l’Agenda 2063 de l’UA.

« L’AWIF vise à combler le fossé fondamental dans l’accès des femmes aux outils financiers. En conséquence, le fonds contribue à la réalisation de plusieurs objectifs de développement durable (ODD), y compris l’ODD 1 qui appelle à mettre fin à la pauvreté.  Soutenir les femmes gestionnaires de fonds africaines émergentes accélérera la représentation des fonds dirigés par des femmes. Cela contribuera à combler l’écart actuel entre les sexes sur les marchés du travail, à promouvoir l’émergence de femmes gestionnaires de fonds et entrepreneures, à éliminer les obstacles identifiés pour attirer des capitaux de manière durable et à accroître la production économique, la création d’emplois et l’autonomisation, et la prospérité économiques des femmes », a déclaré Antonio Pedro, Secrétaire exécutif par intérim de la CEA.
Avec une opportunité de marché de 2,5 billions de dollars, le continent africain a été identifié comme le moteur le plus important des affaires mondiales.  L’annonce de la première allocation de fonds à l’Initiative AWIF attirera et responsabilisera de nombreuses femmes gestionnaires d’actifs talentueuses à travers l’Afrique et créera un précédent pour une approche de gestion d’actifs inclusive entre les sexes à l’avenir.  
Aymeric Saha, PDG de MiDA Advisors, a déclaré : « MiDA Advisors a été honoré de jouer un rôle dans la création de l’AWIF en facilitant la connexion entre les trois acteurs clés de l’Initiative – ECA, le Standard Bank Group et RisCura ».




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.